Zoo internationale chez Félix : Un restaurant qui protège les animaux

Une gazelle en parfaite harmonie avec les poules

Une gazelle en parfaite harmonie avec les poules

Yopougon, quartier Maroc, il est 10 h 00 heure locale lorsque nous sommes attirés par une pancarte sur laquelle c’est marqué : Zoo internationale chez Félix. Aussitôt, nous-nous posons la question de savoir s’il y a un autre Zoo dans ce pays autre que celui d’Adjame. Notre curiosité nous pousse donc à entrer dans cette forêt d’environ 700 m2.

Une fois sur les lieux, nous rentrons en contacte avec le responsable du nom de M. Boussin

Photo : Balla Kèlèba de Féni

Un alligator qui se chauffe

Félix. Après avoir eu l’autorisation, nous faisons un tour de cette petite réserve naturelle en pleine ville. Naturellement, comme son nom l’indique, on y trouve des animaux. Nous avons vu des écureuils, un varan, une gazelle, un alligator, des chats sauvages etc. Cette petite forêt laisse entendre le chant des oiseaux et laisse difficilement les rayons du soleil passer.

Contre toute attente, nous remarquons la présence d’un restaurant au sein de ce milieu naturel. Non seulement on y élève des animaux, mais on y trouve également  la viande des animaux comme le menu principale dudit restaurant.

Ce paradoxe nous remmène à M. Boussin Félix  pour qu’il explique le sens qu’il a du mot Zoo que son restaurant porte. « Ce restaurant porte le nom Zoo parce qu’il ya des animaux qui vivent ici. Je ne les élèves pas pour la consommation mais pour pérenniser les différentes espèces des animaux de ce pays. La viande consommée ici provient d’ailleurs. Tous mes animaux élevés sont pour moi comme des enfants. Nous avons un lien très particulier. Je ne peux donc pas les élever pour une consommation quelconque. ». Nous a-t-il dit.

Un varan attendant un vétérinaire

Un varan attendant un vétérinaire

Ce restaurant est unique en sont genre. En effet, les plats qu’on y trouve sont faits à base de la viande des animaux  rares, dangereux et mythiques. Le commun des mortels a l’habitude de consommer la viande de poulet, de bœuf, de mouton, de biche, etc. Cependant dans ce restaurant animalier, on a des plats de grenouille, de chat et des reptiles tels que le crocodile, le varan, le python et la vipère.

« La vipère est une bonne chaire. Elle fait partie de la chaire blanche. La viande de vipère n’a pas d’effet secondaire comme on le dit en médecine.les os de la vipère ne contiennent pas de venin. L’animal lorsqu’il est en vie secrète le venin. Une fois mort il n’est plus venimeux. ». Nous explique M. Boussin.

Selon lui, ceux qui fréquentent ce restaurant le font pour des raisons diverses. D’autres y viennent pour parce qu’ils s’aiment nos plats. Toutefois il y a  des clients qui viennent par simple curiosité ; et finissent par être des inconditionnels. Les clients sont d’horizons diverses et de toutes les classes sociales. « Nous recevons ici même des cadres du pays. C’est le Président de la République que nous n’avons pas encore reçu. » Nous a-t-il dit.

M. Boussin a une philosophie qu’est de proposer à ces clients ce que lui-même peut consommer. « La

Une grosse vipère baignant dans une sauce claire

Une grosse vipère baignant dans une sauce claire

viande du chien n’est jamais au menu dans mon restaurant. La raison est simple. Moi-même je ne mange pas le chien. Il m’est difficile donc de donner de la viande du chien à mon semblable. Je suis le premier consommateur de mes plats. Avant il n’y avait pas de grenouille au menu ici mais depuis que j’ai dégusté cette viande et que j’ai aimé, nous avons commencé à faire des plats de grenouille. ».

Pour satisfaire notre curiosité, nous décidons de nous offrir un plat de vipère ; ce serpent mortel. Nous le dégustons et nous constatons que c’est une viande comme toute autre. Elle n’a pas une odeur particulière. Elle est facile à mâcher. Sa chaire se détachant des os après la cuisson, facilite sa consommation. Sa peau noire écailleuse est bien succulente.

Le restaurant  Zoo internationale chez Félix existe il ya environ une dizaine d’année

Balla Kèlèba de Féni

La viande de chien comme une panacée

« Je suis fier de manger et de vendre la viande du chien. Moi je suis un samogo (une ethnie du Burkina Faso). La viande du chien fait partie de notre alimentation. D’ailleurs, c’est moi qui approvisionne partout ici à Abobo, où la viande du chien est vendue. » Affirme-t-il. 

André: consommateur et vendeur de viande de chien

André: consommateur et vendeur de viande de chien

L’homme est imposant, environ 1,80m et 115kg. Il répond au nom d’André. Doté d’une voix grave et d’un accent voltaïque, ce sexagénaire a une tête à la dimension de sa forme. Son visage est large et est orné d’un nez plat. Ses favoris noirs laissent apparaître une barbe blanche et une moustache à moitié blanche. Il n’est plus vif du fait de son âge et surtout son état de santé. Il est toujours assis sur un banc. Son regard effrayant n’est qu’une apparence. En effet, ANDRE n’est nullement à craindre .Il est jovial et ouvert. Il est même facile de lui arracher le sourire.

Il affirme que toutes les communautés consomment cette chaire. Selon lui ses principaux  fournisseurs sont les vétérinaires. Par conséquent il dit ne jamais avoir tué un chien malade.

Son âge avancé et son immobilisme ne l’empêchent pas d’abattre un chien. Pour lui la cuisson est même un art. Raison pour laquelle tous ses clients sont fidèles à lui. Ce plat mythique ne coûte que 500F CFA. Toutefois, les clients sont de toutes les classes sociales.

« Ce n’est pas que la basse classe qui constitue ma clientèle.les gens quittent Cocody, Angré, Riviera etc. pour venir manger. Voyez-vous les véhicules 4* 4 qui sont garés à côté ? Les propriétaires sont là pour ça. » Soutient-il.

Un chien en morceaux

Un chien en morceaux

Les raisons qu’il avance  pour la consommation d’une telle viande sont bien impressionnantes. « La viande du chien ! C’est la viande des garçons. On appelle ça le tchêfari sogo. C’est-à-dire, la viande des garçons durs. C’est un animal courageux et clairvoyant. Celui qui le mange acquiert ces mêmes qualités. Les marabouts commandent sa graisse avec nous ici. Celui qui se pommade avec celle-ci est protégé contre les malfaiteurs. Quand une personne se lave avec son sang elle ne connaît plus la peur .Ne vois tu pas des gens qui n’ont peur de rien ? C’est son sang qu’ils mettent dans leurs eaux de bain. »

Cependant, il faut que l’animal ait un certain âge pour qu’il puisse être utile. « Le chien une fois âgé de 3 ans, est utile pour un garçon digne de ce nom. Manger sa viande, boire son sang, se laver avec son sang, se pommader avec sa graisse ; tu deviens un garçon au cœur dur comme le caillou. Manger au moins deux fois par an cette viande, fait d’un homme ; un vrai. »

                                                                                                                                                                                                                                                                Balla Kèlèba de Féni