La Cpi refuse de laisser fuir un dangereux commanditaire d’atrocité

Article publié le: 28 Octobre 2012 – Auteur: Adam’s Régis SouagaSource: Lebanco.net

Véritable rabat-joie que cette Cour pénale internationale (Cpi)qui a donné une douche glacée aux partisans de Laurent Gbagbo le vendredi 26 octobre dernier en lui refusant la liberté provisoire. L’homme ne saurait humer l’air frais du dehors à cause des lourdes charges qui pèsent sur ses épaules. Laurent Gbagbo, au regard du dossier d’acier aux mains de la procureure, Fatou Bensouda, préparé par son prédécesseur, Luis Moreno Ocampo, a supervisé sinon dirigé les attaques contre les partisans supposés du Dr Alassane Ouattara. Celui-ci venait de le battre à la loyale par la voie des urnes le 28 novembre 2011 et devenait ainsi le Président élu dont rêvaient 54,90 pour cent d’Ivoiriens. M. Gbagbo, qui s’était doté d’un arsenal de guerre impressionnant et avait à sa disposition une milice (jeunes patriotes)mise en place par son jeune lieutenant Charles Blé Goudé et de mercenaires libériens recrutés à prix d’or, pensait vaincre toute adversité intérieure. Les Forces armées des Forces Nouvelles(ex-rébellion du Nord) ont joué un rôle décisif dans la chute du régime de Laurent Gbagbo dont les hommes auront plus livré bataille contre les civils à Abidjan que sur les lignes de front. Les Forces de défense et de sécurité (ex-FDS pro Gbagbo) préféraient en effet prendre la tangente devant l’avancée des hommes de Guillaume Soro. À Abidjan, les mercenaires libériens ont guerroyé avec acharnement pour sauver le dernier bastion, Yopougon face à un Cherif Ousmane téméraire. Depuis le mois d’Août dernier, ces marchands de mort qui ne jurent que par Laurent Gbagbo se sont signalés dans le quotidien des Ivoiriens par des attaques des positions des Forces Républicaines de Cote d’Ivoire (FRCI, armée régulière) Au regard de la nuisance supposée de l’époux de Simone Gbagbo, détenue a Odienné [867 Km au Nord-Ouest d’Abidjan] et de ses connexions, le Tribunal de la Cour pénale internationale lui a donc refusé la liberté provisoire. La Cpi ne voudrait pas ainsi faire injure aux 3000 victimes, officiellement admis, de la crise survenue par la seule volonté de Laurent Gbagbo, qui demeure un potentiel fuyard. Et comme, la Cpi ne veut pas le rechercher comme un ancien tueur nazi, elle a préféré le garder au frais en attendant de lui faire subir le gopo.
Adam’s Régis Souaga

lebanco.net

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s