Côte d`Ivoire: nouvelle attaque visant les forces de sécurité à Abidjan

Attaques                                                                                       

Les forces de sécurité ivoiriennes ont à nouveau été victimes jeudi soir d`attaques, à Abidjan, après un mois d`accalmie succédant à une série de violences en août, qui constituent le plus grave regain de tension en Côte d`Ivoire depuis la crise postélectorale de 2010-2011.
Deux commissariats de police et un poste de gendarmerie ont été attaqués par des hommes armés jeudi en début de soirée, dans la commune de Port-Bouët, dans le sud d`Abidjan. Ces attaques ont été confirmés par des sources de sécurité, qui n`étaient pas en mesure de donner immédiatement un premier bilan.
« J`étais chez mon oncle quand nous avons entendu une série de détonations, qui visaient la gendarmerie de Vridi. Nous nous sommes terrés dans les maisons », a témoigné un jeune de Port-Bouët.
« Nous avons peur, personne ne sort plus dans la rue. Il y a encore des tirs de temps en temps. On voit des patrouilles de l`armée », a témoigné une femme du même quartier.
Les trois sites attaqués, la gendarmerie de Vridi et deux commissariats dont celui de Gonzague-ville, sont distants de quelques kilomètres. Les tirs ont commencé avant 21H00 locales et GMT, selon les témoins.
Le calme était revenu vers 23H00 GMT et on n`entendait plus de détonations,
selon des habitants joints par l`AFP.
Au moins une personne soupçonnée d`avoir participé aux violences a été arrêtée, selon une source de sécurité.
Ces attaques, survenant après un mois d`accalmie, se sont produites le jour même où une cérémonie militaire a rendu hommage, en présence du président Alassane Ouattara, à seize militaires victimes de précédents assauts contre les forces de sécurité.
« Je veux exprimer l`indignation et la ferme condamnation du gouvernement ivoirien face à ces attaques qui qui n`ont aucun fondement, qui ne peuvent prospérer. C`est inacceptable et aucun Ivoirien ne l`acceptera », a déclaré jeudi à cette occasion le ministre de l`Intérieur, Hamed Bakayoko.
Une vague d`attaques avait déjà visé en août ces forces, à Abidjan, dans ses environs et dans l`ouest du pays, marquant le plus grave regain de tension en Côte d`Ivoire depuis la fin de la crise postélectorale de décembre.
2010-avril 2011, qui a fait quelque 3.000 morts.
Elles avaient été attribuées par les autorités à des partisans de l`ancien
président Laurent Gbagbo – des civils et des militaires, policiers ou
gendarmes -, ce que dément le parti de l`ex-chef de l`Etat, le Front populaire
ivoirien (FPI).
Ces violences ont été suivies de l`arrestation de plusieurs hauts responsables du camp Gbagbo, dont le secrétaire général du FPI, Laurent Akoun, condamné à six mois de prison ferme pour « trouble de l`ordre public ».
Cinquante-quatre civils et 19 militaires ont aussi été arrêtés et sont inculpés, notamment pour « attentat contre la sûreté de l`Etat », à la suite de ces attaques.
Les attaques de jeudi soir ont également eu lieu au lendemain de la commémoration du dixième anniversaire du déclenchement de la rébellion contre l`ancien président Laurent Gbagbo.
Le processus de réconciliation paraît en panne en Côte d`Ivoire. Le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies, Bert Koenders, a
appelé cette semaine à « relancer un véritable dialogue politique dans le pays ».
Le président de la Commission dialogue, vérité et réconciliation (CDVR),
l`ancien Premier ministre Charles Konan Banny, avait aussi exhorté fin août le président Alassane Ouattara à prendre des « initiatives » pour relancer le dialogue.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s