Bakary Nimaga,l’éminent journaliste dénude Gbagbo et son Fpi

Bakary NImaga SR de le Patriote

Le  Fpi (Front Populaire Ivoirien) est un curieux parti politique.Il n’accepte pas qu’on le pressente sous son vrai jour,tant ses tenants sont convaincus que les ivoiriens ne se rendent pas compte qu’il sont passés maître dans l’art du camouflage,du clair-obscur,du faux et de la duplicité.Qui ne sait pas encore dans notre pays qui se veut socialiste alors qu’il est de nature communiste et totalitaire,est un abonné du faux.Quel faux procès veut-on faire du Président Kigbafori Soro ?Les relais de la refondation l’accusent d’avoir affirmé que pour la Côte d’Ivoire,il faut éradiquer le Front Populaire Ivoirien.Sans engagé une quelconque polémique,il va sans dire que ce discours si vrai,est partagé par la grande majorité des ivoiriens,en ce sens qu’il traduit une réalité qui ne finit jamais de sauter aux yeux.En effet,de même qu’on éradique un mal pour que le patient se porte bien et guérisse de sa maladie,de même il incontestable d’affirmer que le mal voire le poison de la cote d’ivoire est le Fpi. Et que son

vérité

éradication permettra à ce pays de retrouver le bonheur.Point n’est besoin d’être un mage pour le savoir.Depuis 1990,date de la restauration du Multipartisme à ce jour,le Fpi s’est affiché comme un parti violent et dangereux pour la nation ivoirienne.Au commencement de son entrée en politique et à la fin de son règne,que de mort,de charniers,de fosses communes,de complots,de casses,de pillages et de tuerie massives,dont le sommet a été atteint avec l’indésirable article 125.Tout le monde a été témoin des atrocités commises par Gbagbo et ses hommes.Dire que cette formation est éradiquer,c’est défoncer une porte déjà ouverte,tant la violence et la barbarie se précisent comme des tares quasiment congénitales aux frontistes.Cette vérité se trouve confortée ces derniers jours,avec les attaques que ses affidés et relais livrent à la Côte d’Ivoire.Il faut sans doute porter de lunettes opaques ou donner dans la mauvaise foi,pour pouvoir dire autre chose.Laurent Gbagbo ,lui même nous donnait une claire idée de la nature de sa formation politique à travers cette phrase idiote: »mille morts à gauche,mille morts à droite,moi,j’avance ». On ne pouvait pas trouver meilleur motif de sanction.

Bakary Nimaga  (quotidien Le Patriote)n 3828 du 24 08 2012 (page 04)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s